Blog

Les Enjeux de l’Eclairage pour les Commerces Alimentaires

(…) Nos adhérents, souvent représentés par les directeurs d’achats, considèrent l’éclairage sous l’aspect technologique et énergétique, et, paradoxalement, ne se focalisent pas forcément sur son pouvoir attractif et commerçant. Le côté « l’éclairage fait vendre » n’est pas toujours pris en compte. Dans les commerces alimentaires, une des principales préoccupations reste la maîtrise de l’énergie, éventuellement couplée avec le meilleur rendu possible. En 2010, Perifem a réalisé une étude avec l’ADEME intitulée « Site commercial à haute efficacité énergétique » qui présentait la répartition des consommations énergétiques en hypermarché selon les usages. Il s’est révélé que l’éclairage arrivait en deuxième position (24 % des consommations), juste après le froid alimentaire. Or, depuis, les enseignes se sont engagées à fermer ces meubles et les consommations ont chuté. Aujourd’hui, l’éclairage se retrouve parfois le plus gros poste de consommation et focalise les prescripteurs sur les gains énergétiques. Bien évidemment la LED rebat les cartes depuis quelque temps. (…)

En savoir +

Fondation Louis Vuitton : respiration lumineuse.

(…) De jour, l’ouvrage joue sur les transparences, la lumière naturelle pénétrant à flots à l’intérieur du bâtiment : comment rendre, la nuit, cette impression de légèreté, sans « écraser » de lumière ce bâtiment ? Comment concilier les exigences liées à la scénographie du musée et celles de l’architecte ? Comment ordonner perception, histoire et flexibilité avec l’éclairage ?

Autant de questions à prendre en compte dans l’élaboration du projet lumière, véritable travail d’orfèvre, sans compromis technique, et qui, au final, doit faire l’unanimité. (…)

En savoir +

Eclairage Public : Ne pas oublier l’urgence de la rénovation

(…) Extinction, Abaissement de tension : les solutions basiques ne suffisent pas, il faut rénover durable et intelligent !
La moins subtile et la plus radicale des solutions consiste pour les responsables de l’éclairage public à éteindre les installations souvent mal gérées, mal entretenues et devenues par conséquent trop coûteuses, en profitant de l’argument environnemental et énergétique, cristallisant ce qu’il y a de plus ou moins soluble en suspension dans l’air du temps. Adieu les coûts, les soucis et… le service public.

D’autres tentent de bricoler dans l’incurable en adoptant des solutions aux performances modestes, bien éloignées du concept totémique de la loi de Transition Énergétique pour la Croissance Verte : le « facteur 4 » (division par 4 de la consommation énergétique à l’horizon 2050). Comme la variation de tension, qu’ils estiment à la hauteur de leur faibles moyens, mais qui sera à terme un handicap coûteux lorsqu’il s’agira de faire évoluer leurs installations vers une efficacité énergétique optimale, la réduction des nuisances et un meilleur service apporté au citoyen. En effet, une installation rénovée maintenant ou dans les cinq ans à venir sera toujours en service en 2050… C’est donc maintenant qu’il faut rénover, en choisissant les meilleures technologies disponibles (éligibles au dispositif des Certificats d’Economie d’Energie), et qui assurent de manière pérenne la performance et la bonne gestion des installations ! (…)

En savoir +